L’Ambassadeur de la Fédération de Russie reçoit la Directrice Générale de l’IAO, 19 juillet 2019

3843 050 EED10137 Map Russia  

Répondant à l’aimable invitation de l’Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de la Fédération de Russie au Cabo Verde, Son Excellence Vladimir G. Sokolenko, la Directrice Générale de l’Institut de l’Afrique de l’Ouest (IAO) a rendu une visite de courtoisie à l’Ambassade de la Fédération de Russie, le 19 juillet 2019. Prof. Djénéba Traoré était accompagnée de M. Renato Frederico, Assistant Administratif Adjoint à l'IAO.

L’Ambassadeur de la Fédération de Russie a débuté l’entretien en abordant l’hommage officiel rendu par le Gouvernement de la République de Cabo Verde au Héros National et présenté le portrait peint de Amílcar Cabral ainsi que l’encadré de la copie du Diplôme de Docteur Honoris Causa que le Conseil Scientifique de l’Institut de l’Afrique de l’Académie des Sciences de l’ex-Union des Républiques Soviétiques et Socialistes (URSS) lui a décerné le 22 décembre 1972.

La vie d’Amílcar Cabral a été brève, mais très intense. Ce panafricaniste convaincu dont les actions continuent d’avoir un immense impact sur les générations actuelles, est né en 1924 à Bafatá, en Guinée portugaise.  Son père, Juvenal Cabral et sa mère Iva Pinhel Évora étaient originaires des Îles de Cabo Verde.

Formé à Lisbonne, Cabral est l'un des membres fondateurs du Centre d'études africaines créé en 1948. En 1956, il est responsable de la création du Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et de Cabo Verde (PAIGC). Avec Agostinho Neto (1922-1979), qui dirigea la guérilla du Mouvement de libération populaire de l'Angola (MPLA) et, après l'indépendance, devint le premier Président de la République (1975-1979).

Amílcar Cabral et Agostinho Neto ont déclenché la guerre contre la puissance coloniale portugaise dans les domaines militaire et politique, avec la création de l’Assemblée Nationale du Peuple de Guinée.

L’assassinat d’Amílcar Cabral à Conakry le 20 janvier 1973 a causé un profond traumatisme en Afrique et dans le monde entier.

Après avoir lutté pendant plus d'un an pour obtenir une bourse, Cabral part pour Lisbonne en 1945. En raison des dures réalités économiques de Cabo Verde, il choisit d'étudier le génie agricole à l'Institut Supérieur d'Agronomie.


À Lisbonne, Cabral et d’autres étudiants africains, notamment Vasco Cabral, Agostinho Neto et Mário de Andrade, formèrent des associations culturelles au sein desquelles ils discutaient de leur patrie. Cabral et ses camarades de Cabo Verde, de la Guinée-Bissau, d'Angola et du Mozambique continuèrent à écrire des textes créatifs, réaffirmant la beauté et la vitalité de leurs cultures africaines. Ces étudiants, comme certains de leurs contemporains des colonies françaises à Paris, ont également mis en cause les politiques d'assimilation et ont parlé de la nécessité d'un changement politique.

Lorsque Cabral termine sa formation d'agronome en 1951, il se sent obligé d'utiliser ses compétences sur le continent africain. Ainsi, il retourne en Guinée-Bissau en 1952 avec un contrat du Département des services agricoles et forestiers. La décision mûrement réfléchie de Cabral de partir pour la Guinée-Bissau plutôt que de rester au Portugal ou d'aller dans une autre colonie reflétait son désir d'aider son peuple à se préparer à la lutte contre le pouvoir colonial. En 1953 et 1954, il mène une enquête agricole portant sur le recensement de la colonie et se rend dans de nombreux endroits de la Guinée-Bissau. Il profite de l'occasion pour enquêter avec les paysans sur leurs activités économiques, leurs problèmes d'agriculteurs, leur histoire et leurs cultures. Il analyse les sols et les cultures du pays et propose des solutions pour améliorer la situation économique du pays. Cabral profite de l'occasion pour apprendre des gens eux-mêmes ce que l'exploitation coloniale signifie. Les connaissances acquises grâce à ce contact intime avec les paysans l’aidèrent plus tard, lors de la lutte armée contre le colonialisme portugais.


La vision stratégique de Cabral et sa capacité à formuler une théorie de la libération en ont fait un homme d'État exceptionnel. Sa contribution à la guerre de libération nationale et à l'accession à l'indépendance de la Guinée-Bissau et de Cabo Verde a été déterminante pour l’aboutissement heureux du processus. De plus, ses écrits continuent de fournir un cadre de réflexion pour comprendre le colonialisme et la décolonisation dans le Tiers-Monde en général.

Les principales publications d'Amílcar Cabral sont: "Unité et Combat" (1980), "Révolution en Guinée" (Londres, 1969) et "Retour aux Sources" (1973).

Le livre de Basil Davidson "No Fist Is Big Enough To Hide the Sky: The Liberation of Guinea and Cape Verde" (Londres, 1981) fournit un excellent compte rendu de la guerre et du rôle que Cabral a joué dans celle-ci.

Deux biographies sur Cabral sont également extrêmement utiles: "Amílcar Cabral" de Mário de Andrade - Essai de Biographie Politique (Paris, 1980) et "Amílcar Cabral - Revolutionary Leadership and People's War" de Patrick Chabal (1983).

Le second thème abordé était dédié à la Fédération de Russie.

250px Coat of Arms of the Russian Federation1280px Flag of Russia.svg Russia Flag

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

La Fédération de Russie, la plus grande nation au monde, est frontalière de pays européens et asiatiques, ainsi que des océans Pacifique et Arctique. Ses paysages varient de la toundra aux plages subtropicales en passant par la forêt. Le pays est célèbre pour les compagnies de danse classique du Bolchoï à Moscou et du Mariinsky à Saint-Pétersbourg. Fondée par le Tsar russe Pierre le Grand, la ville de Saint-Pétersbourg compte un palais d'hiver baroque, qui abrite désormais une partie des collections du musée de l'Ermitage.

 Superficie : 17,1 millions km² 

Capitale : Moscou

Devise : Rouble russe

Président : Vladimir Putin

Continent : Europe, Asie

La Fédération de Russie naît en 1991 avec la disparition de l'URSS. Elle doit alors s'inventer comme État-Nation multiethnique, tâche d'autant plus ardue que le pays a été tout au long de son histoire à la tête d'un vaste empire et que sa population a subi l’impact de la perestroïka.

En peu de temps, la société a dû parcourir un chemin qui avait été dans d'autres pays le fruit d'une maturation séculaire. Nonobstant, les défis principaux ont pu être relevés et la Fédération de Russie compte aujourd’hui parmi les dix premières puissances économiques mondiales. 

Le troisième thème abordé lors de la rencontre était axé sur le travail de recherche de l’Institut de l'Afrique de l'Ouest (IAO). Faisant référence à l'appartenance de la Fédération de Russie au Groupe des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud), l’Ambassadeur de la Fédération de Russie a souligné l’importance de l’Afrique pour son Etat qui souhaite renforcer ses liens de coopération avec ce continent qui recèle de multiples opportunités sur le plan du développement économique.

C’est sur cette note d’espoir que les échanges, débutés à 11 :15, ont pris fin à 12:45. 

IMG 2415

Copyright © 2012 WAI - West Africa Institute. All Rights Reserved - Designed and developed by: NOSi.